La Cour de Justice Européenne considère que le Bridge n’est pas un sport.

L’English Bridge Union (EBU) a entamé une action en justice après que le jury du Sport England ai refusé de reconnaître le bridge jeu de la carte comme un sport à part entière, lui refusant l’accès au financement de la loterie et aux aides de l’états pour les organisations sportives ainsi que l’exemption de TVA qui aurait aidé à baisser le prix d’entrée des tournois et ainsi relancer la popularité du bridge.

La reconnaissance du bridge comme sport aurait exempté l’UBE du paiement de la TVA sur les frais d’inscription aux tournois. Cela aurait surement permis de relancer les tournois live de bridge qui ont perdu en vitesse depuis l’arrivée du bridge en ligne.

Le président du club a qualifié la décision de  » surprenante et décevante  » et a déclaré qu’elle affectera négativement l’ampleur du bridge au Royaume-Uni. Le jeu à en effet de plus en plus de mal à séduire depuis l’arrivée massive des jeux en ligne. Avec une image vieillissante et des joueurs plutôt âgés, le bridge à de plus en plus de mal à recruter de nouvelles têtes.

La Cour de justice de la Communauté européennes a par cette décision annulé la recommandation de son avocat général. Le droit communautaire exige la preuve des bienfaits pour le bien-être physique ou mental pour qu’un sport puisse prétendre à l’exonération de la TVA.

Plus tôt cette année, le principal conseiller auprès de la Cour de justice européenne avait soutenu l’appel de l’English Bridge Union afin que le bridge puisse enfin rentrer dans la liste des sports reconnu par l’union européenne. L’avocat général Yves Bot a déclaré que le jeu de cartes était un sport parce qu’il nécessitait un effort mental dans le cadre d’un défi.

Le bridge consiste à prédire le nombre de points que chaque camp gagnera. Le caractère de challenge mental est donc bien présent même si l’effort physique est bien moindre, l’effort mental lui est bel et bien important.

 

Lors d’une audience de la Haute Cour en 2015, l’UER, basée à Aylesbury, a contesté sans succès Sport England pour son refus de reconnaître le bridge.

Les juristes de l’UER ont déclaré à la Haute Cour que le jeu était basé sur des règles, l’équité et la compétition comme les autres sports et qu’il était accessible aux personnes âgées, à qui il apportait un sentiment d’inclusion et de communauté.

Mais le juge a déclaré que la politique actuelle de Sport England définissait le sport comme impliquant une  » activité physique  » et que sa décision de rejeter la reclassification du bridge était correcte.

Les autorités fiscales autrichiennes, danoises, françaises, néerlandaises et belges considèrent déjà le bridge en double comme un sport, une forme de bridge contractuel, mais pas l’Irlande et la Suède.